emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

Sensibiliser les femmes aux métiers « d’hommes »

 | par 

Sensibiliser les femmes aux métiers « d’hommes »
A la suite de visites de chantiers, des lycéennes et collégiennes ont présenté le déroulement de leur journée devant un jury en vue de remporter un prix.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie (ESTPa organisé en avril, avec l’association Elles bougent, une opération visant à sensibiliser les collégiennes et lycéennes aux métiers connus pour être réalisés par des hommes. Le temps d’une journée, des visites de chantiers ont été organisés.

« A la base, cette journée a été organisée pour sensibiliser les jeunes filles à la problématique du manque de femmes dans les métiers d’ingénieur technique, explique Onja Davidson, élève de l’ESTP et membre d’Elles bougent. C’est le cas dans le BTP, l’aéronautique ou encore le transport ferroviaire et maritime. »

A la suite de visites de chantiers, des lycéennes et collégiennes ont présenté le déroulement de leur journée devant un jury en vue de remporter un prix. « Elles devaient parler du chantier et de la manière dont elles vivent cette notion d’équité professionnelle ou scolaire », indique Onja Davidson. Et d’ajouter : « Ces filles ont des personnalités fortes et affirmées, et il faut en avoir pour exercer des métiers à dominance masculine. Nous devons, en tant que femmes, redoubler d’efforts et montrer que nous valons autant qu’eux.

Ces jeunes filles savent ce qu’elles veulent faire. Elles nous ont d’ailleurs confié avoir des difficultés à trouver des stages et aimeraient qu’on leur fasse davantage confiance. »

Des journées indispensables

« En tant que marraine de l’association Elles bougent, j’estime que ce genre d’initiative est indispensable », rapporte Aline Bourdin, ingénieure de formation et Directrice des systèmes d’information (DSI) chez Bouygues Construction. Les jeunes femmes n’ont, selon elle, pas assez de modèles pour se projeter dans des métiers considérés comme masculins. « Les faire venir sur un chantier et leur montrer nos métiers, leur permet d’avoir une image de nos professions qu’elles n’avaient pas avant, estime-t-elle. Cela permet de faire taire les stéréotypes. »

Pour Aline Bourdin, il est indispensable d’intervenir dès la classe de première pour que les lycéennes puissent choisir leur orientation en toute connaissance de cause. « Aujourd’hui, les femmes ne choisissent que trop peu les orientations scientifiques, regrette-t-elle. Notre rôle en tant que marraine est de leur montrer notre parcours et qu’il est possible d’être chef de chantier, conducteur de travaux, quand on est une femme. D’autant plus qu’en tant que femme, notre façon de voir les choses et d’analyser est différente de celle des hommes. Nous sommes plus à l’écoute. Cela créer une richesse et une ouverture nécessaire pour la bonne réalisation d’un chantier. »

Patricia Vazquez, ingénieure en génie civile, chef de projet Smart cities Junior chez Citelum, approuve également l’organisation de ce type de journée « car on permet aux lycéennes de découvrir un nouveau secteur d’activité, scientifique et technique. Nous pouvons alors les encourager à s’orienter vers ce type de métiers et leur montrer qu’il faut se battre pour exercer une profession qui nous plaît et nous passionne. »

L’avis des lycéennes

« Le jour de l’événement, j’ai présenté aux lycéennes ce qu’est une "ville intelligente" et fait découvrir mon métier, explique Patricia Vazquez. Elles étaient très curieuses de découvrir un secteur d’activité qu’elles ne connaissent pas. » « Je suis dans un lycée professionnel dans le bâtiment, témoigne Chloé Pacot qui a participé à la journée. Je voudrais être conductrice de travaux ou ingénieure en génie civile. » Elle s’est rendue au siège social de Véolia, « cela m’a vraiment plu ». Et de poursuivre : « Pour moi, c’est essentiel de montrer aux plus jeunes que les femmes peuvent réussir même dans des métiers d’hommes. Je suis déjà déterminée à faire ce que je veux et à prouver qu’en tant que femme on peut y arriver. »

Inès Lartigues s’est quant à elle rendue sur le site du Grand Paris à Noisy-le-Grand. « Nous sommes allés voir les entreprises qui participent à la construction du Grand Paris, explique-t-elle en précisant vouloir s’orienter vers la comptabilité. C’était l’occasion pour moi de découvrir de nouveaux métiers et de constater que des femmes les exercent. C’est encourageant de voir qu’il y a moins d’inégalités. »

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

L’excellence, un objectif pour les métiers du BTP

L’excellence, un objectif pour les métiers du BTP

Etre meilleur ouvrier de France, signe d'excellence dans le BTP

Etre "meilleur ouvrier de France", signe d'excellence dans le BTP

Menuisier-agenceur : un métier en pleine évolution avec les normes écologiques

Menuisier-agenceur : un métier en pleine évolution avec les normes écologiques

IA et robotique, les emplois de demain et d’aujourd’hui

IA et robotique, les emplois de demain et d’aujourd’hui

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3448 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X