emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

 | par Marjorie Corcier

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024
La plupart des métiers du BTP sont en tension parce qu’il y a pas mal de mobilité pour aller sur différents chantiers et cela peut être vécu par certains candidats comme une contrainte
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le grand groupe de BTP en plein développement, qui emploie plusieurs milliers de salariés en France et dans le monde, a certes été impacté par la crise du Covid-19 mais il n’entend pas renoncer à son ambitieuse politique de recrutements.

Dix mille nouveaux collaborateurs d’ici 2024. Voici l’objectif que s’est fixé début 2020 Bruno Pavie, Directeur des ressources Humaines chez NGE, grand groupe de BTP basé à Saint-Etienne-du-Grès (Bouches-du-Rhône) près de Tarascon. Avec 2,5 milliards d’euros de chiffre d ‘affaires en 2019 ( soit +23% de croissance organique par rapport à 2018) et un carnet de commande pesant plus de 4 milliards d’euros, le groupe connaît un remarquable essor.
 

Le Covid est passé par là

 
Certes, entre temps la crise du Covid-19 est passée par là, mettant à l’arrêt à quasi-totalité des quelque 1300 chantiers du groupe en France dès le 17 mars. « La crise a forcément eu un impact sur l’exploitation de l’entreprise et les chantiers ont pris du retard. Les équipes s’efforcent de rattraper le temps perdu en mettant les bouchées doubles, l’été va être intense », analyse le DRH. 
Des entretiens d’embauche en visioconférence
Au plus fort de la crise, NGE a dû mettre au chômage partiel pas moins de 8000 collaborateurs. Puis mi-avril, les casques sont peu à peu revenus sur les chantiers. « Depuis mi-juin, tout le monde a repris, fini le chômage partiel, tout le monde est à fond ! », s’emballe Bruno Pavie.
 

Et puis les entretiens ont repris!

 
Lui aussi a d’ambitieux objectifs à tenir : recruter 2000 à 3000 salariés d’ici la fin de l’année. Il l’avoue, son équipe et lui-même n’ont pas vraiment levé le pied durant le confinement, et ont continué à faire passer des entretiens d’embauche grâce à la visioconférence. « Et depuis le déconfinement, la cadence des entretiens a repris », sourit-il.
Parmi ses milliers de recrutements à boucler d’ici la fin de l’année, Bruno Pavie recherche un beau contingent de 200 à 300 jeunes en alternance, affectables dans toute la France. « Nous avons besoin d’apprentis coffreurs, apprentis maçon VRD (voirie réseaux divers), apprentis canalisateurs, mais aussi dans le ferroviaire de poseurs de voies et de caténairistes », énumère-t-il. Ces étudiants, de tous niveaux scolaires, pourront intégrer le CFA de NGE où ils alterneront cours théorique et travail sur le terrain, pour un salaire au moins égal au Smic net. A l’issue d’une formation de 12 mois, si tout se passe bien, l’embauche en CDI est à la clé. « Ce sont des recrues qui d’ici une dizaine d’année pourront évoluer jusqu’à des postes de chef de chantier ou conducteur de travaux », poursuit le DRH.
 

« La plupart des métiers du BTP sont en tension »

 
Concernant les autres postes, ils concernent bon nombre de corps de métiers du BTP mais pas seulement. NGE recherche en permanence des maçons, des chefs de chantiers, des conducteurs de travaux, des ingénieurs en génie civil, en VRD, en terrassement, des personnels en bureaux d’études ainsi que des fonctions supports comme des comptables, contrôleurs de gestion, techniciens-paie, des juristes… et ce, partout en France.
« La plupart des métiers du BTP sont en tension parce qu’il y a pas mal de mobilité pour aller sur différents chantiers et cela peut être vécu par certains candidats comme une contrainte », juge le directeur des ressources humaines. Ce spécialiste le reconnaît, les métiers du secteur souffrent aussi d’un déficit d’image. « Il y a sans doute un problème de communication. Car aujourd’hui, le chantier est technologique et connecté ! Ce n’est plus le BTP comme on l’imaginait avant », estime-t-il. Et d’évoquer les tunneliers du chantier du Grand Paris Express sur lequel intervient NGE. « Ce sont des engins d’une finesse et d’une capacité technologiques incroyables ! ». Ces métiers que l’on jugeait « difficiles » bénéficient aujourd’hui d’aides techniques pour soulager des efforts, ce qui permet également d’ouvrir à la mixité. « Aujourd’hui, tout est accessible », résume Bruno Pavie qui a récemment rejoint le label Emploi 45+ qui promeut l’embauche des seniors.
Pour candidater : nge-recrute.fr

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Coliving et coworking : ces nouveaux modèles qui font recette dans l’immobilier

Coliving et coworking : ces nouveaux modèles qui font recette dans l’immobilier

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

Chief data officer : c’est quoi ce métier ?

Chief data officer : c’est quoi ce métier ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2546 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X