emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

Les métiers du rail, une voie porteuse

 | par 

Les métiers du rail, une voie porteuse
Metiers-du-rail
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La rénovation des réseaux existants, l’implantation de métros et tramways donnent de bonnes perspectives aux entreprises du rail, qui embauchent.

Extension de lignes à grandes vitesses, rénovation et maintenance du réseau ferré du territoire, développement et exportations de métros et de tramways… Le secteur ferroviaire connaît une belle activité. « Le marché est notamment porté par les équipements urbains et péri-urbains, soit les métros et les tramways. Ils se développent dans les agglomérations et le projet du Grand Paris va augmenter les besoins, avec la pose des rails prévue en 2017-2018, la livraison du matériel roulant puis la mise en service en 2019-2020, explique Jean-Pierre Audoux, délégué général de la Fédération des industries ferroviaires (FIF). D’autre part, les investissements pour rénover le réseau ferré national ont quasiment triplé en passant de 700 millions d’euros en 2006 à 2 milliards aujourd’hui ». L’expertise française dans le domaine est reconnue et recherchée à l’international, une source importante de croissance pour les entreprises du secteur, analyse encore la FIF. «L’industrie ferroviaire va induire 6000 emplois par an, 3000 dans l’infrastructure et 3000 dans le matériel roulant, dans les vingt années à venir », prévoit Jean-Pierre Audoux.

Entreprises en croissance

A l’image de cet essor, Eiffage Rail, filiale du groupe Eiffage créée en 2010, est passé d’une vingtaine de collaborateurs à son démarrage à 220 aujourd’hui. « Nos agences sont présentes dans tous les domaines d’activité de la voie ferrée, détaille Diane Landon, responsable des ressources humaines chez Eiffage Rail. Nous travaillons actuellement sur le chantier de la gare Rosa Parks à Paris, la plateforme multimodale au Havre, la ligne Avignon-Sorgues-Carpentras, ou encore le tramway de Bordeaux. Nous préparons aussi un important chantier de ligne à grande vitesse, Bretagne-Pays de la Loire, dont les travaux démarreront en janvier 2015. Il va générer environ 150 embauches ». Parmi les profils que recherche l’entreprise pour ce chantier et ses agences, des poseurs de voie, des conducteurs d’engin, des chefs d’équipes et de chantiers, des ingénieurs et des conducteurs de travaux, des directeurs travaux. Les majors du secteur ne sont pas en reste. La SNCF prévoit de recruter 4200 personnes pour les métiers du transport ferroviaire dont plus de la moitié seront destinés à la branche infrastructure, SNCF Infra, pour le renouvellement et les travaux sur les réseaux, notamment en Ile-de-France où 900 collaborateurs sont recherchés pour la maintenance et les travaux sur les voies de RER et du Transilien. L’entreprise a mené une opération de recrutement début mars pour trouver des opérateurs de signalisation électrique, des installations télécoms et de la caténaire.

Nouvelles formations

Traditionnellement, les entreprises embauchent des jeunes diplômés de formations génie civil, industrielles, et les forment à leur métier. Toutefois, la formation initiale tend à se développer. Le Mecateamcluster, groupement d’entreprises ferroviaires crée en 2011 à Creusot-Montceau en Bourgogne, travaille notamment sur cette question. Leur mobilisation a permis d’ajouter des modules complémentaires en hydraulique, sécurité ferroviaire et engins mobiles à des formations industrielles allant du bac pro à la licence professionnelle dans des établissements bourguignons. Les entreprises du groupement emploient les jeunes en alternance et deux promotions d’une cinquantaine d’étudiants ont déjà été formées. « Le ferroviaire se développe beaucoup et les entreprises recherchent des personnes ayant des connaissances plus spécifiques, afin de réduire leur temps de formation, observe Virginie Bonnin, animatrice du réseau. Elles souhaitent aussi attirer les jeunes, leur montrer que le secteur est porteur ». Pour les profils les plus expérimentés, les employeurs favorisent les professionnels issus du sérail. « La technique ferroviaire exige des années d’expérience et un vocabulaire spécifique. La transition n’est pas facile pour des directeurs de travaux chevronnés issus par exemple du génie civil ou du transport routier, constate Diane Landon. En revanche le passage peut se faire plus aisément du génie civil vers l’activité tramway, car les clients sont les mêmes, les collectivités ». Des conversions qui permettent aux entreprises de satisfaire leurs besoins.

Coralie Donas

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Actuaire : une profession où il n'y a pas de chômage!

Actuaire : une profession où il n'y a pas de chômage!

Banque : des centaines de poste en alternance à pourvoir

Banque : des centaines de poste en alternance à pourvoir

Révolution digitale : le manager-leader est mort!

Révolution digitale : le manager-leader est mort!

BTP : des inquiétudes malgré les bons chiffres de 2018

BTP : des inquiétudes malgré les bons chiffres de 2018

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3245 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X