emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

Les métiers de la promotion immobilière

 | par 

Les métiers de la promotion immobilière
Les métiers de la promotion immobilière
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le début de l’année 2013 signe une reprise des recrutements et une appétence pour de nouveaux profils.

Après une baisse de moral en 2012 chez les promoteurs, liée notamment dans le logement à la fin du dispositif d’investissement fiscal Scellier et au nouveau système Duflot dont tous les contours n’étaient pas encore connus – l’immobilier neuf est majoritairement vendu à des investisseurs – l’optimisme revient en ce début d’année 2013. Les premiers mois se caractérisent par une reprise des recrutements, notamment dans les entreprises de taille intermédiaire, note Frédéric Rei, directeur senior immobilier et construction chez Page Personnel. « Les grands acteurs de la promotion immobilière repositionnent plutôt leurs effectifs en interne, même s’ils effectuent aussi quelques recrutements externes », constate-t-il. Les recrutements s’orientent sur les développeurs fonciers, les commerciaux, mais aussi sur les responsables de programmes et les fonctions associées, assistants de programmes et chargés de clientèle. Le responsable de programme, appelé aussi monteur d’opération, concentre à la fois des compétences juridiques, techniques et financières. « Le montage d’un projet appelle de multiples connaissances en droit de l’urbanisme, des normes techniques… La coordination et l’animation sont des facettes essentielles du métier de promoteur, il faut savoir travailler avec des équipes susceptibles de changer : architecte, banquier,  équipes du bâtiment, vendeurs, notaire, géomètre… » souligne Raymond Le Roy Liberge, président du groupe les Provinces. « Il y a un attrait pour les ingénieurs, les juristes, les diplômés d’écoles de commerce ou de gestion, les mastères spécialisés en promotion immobilière, note Juliette Hamelin, responsable emploi formation à la Fédération des promoteurs immobiliers. Les doubles cursus, un master en droit et une formation complémentaire à l’ESTP, ou un ingénieur formé à l’ICH par exemple, sont appréciés. Il y a de la place pour les jeunes diplômés, qui démarrent à un poste de junior dans les grandes entreprises et apprennent beaucoup sur le terrain ». Ce que ne dément pas Elvys Fiokouna, responsable de programme junior chez BNP Paribas Real Estate. « Difficile à l’école d’imaginer la moitié de ce qu’on fait dans ce métier ! La diversité des missions y est réelle, les journées ne se ressemblent pas ».

 

Elargir le spectre des employeurs

Dans les fonctions amont, le développeur ou prospecteur foncier cherche et trouve les terrains sur lesquels vont pouvoir se réaliser les futurs programmes. « Il doit développer son réseau de décideurs économiques et politiques pour repérer en amont les projets, être à l’affût des opportunités », détaille Xavier Boulet, directeur de l’Ecole supérieure des professions immobilières (ESPI). Les métiers de la commercialisation sont aussi très présents dans la promotion, la majorité des programmes étant vendus avant leur sortie de terre. « C’est un secteur d’entrepreneurs, qui nécessite, même pour les salariés, une mentalité entrepreneuriale. Une opération dure environ trois ans et se gère comme une véritable petite entreprise, qu’il faut avoir le goût de mener à bien », relève Juliette Hamelin. Il n’est pas rare que des salariés après plusieurs années d’expérience montent leur propre société. Pour postuler, il ne faut pas hésiter à élargir le spectre des employeurs potentiels. « Il n’y a pas que les majors et le secteur tertiaire, rappelle Frédéric Rei. Il faut aussi penser aux entreprises qui exercent dans le logement social, le résidentiel ». « Les métiers de la promotion dans le social sont méconnus, à tort, appuie Xavier Boulet. Pourtant le secteur recrute de façon conséquente avec des perspectives de salaires intéressantes. Au-delà du social il y a plus largement la commande publique, la construction de crèches, d’écoles, … Les métiers restent les mêmes mais les cultures et les produits sont différents  ». Le secteur lui-même connaît des changements d’importance.  « Après l’ère des asset managers, les grands financiers de l’immobilier, il y a un retour aux commerciaux sensibilisés à l’analyse marketing sociologique. L’immobilier doit en effet répondre aux aspirations des personnes pour se loger ou travailler. S’ajoute à cela la transition énergétique qui va être longue et doit répondre à différents défis. C’est une période passionnante qui se profile pour les jeunes professionnels », promet Alain Béchade, directeur de l’Institut d’études économiques et juridiques appliquées à la construction et à l’habitation (ICH).

 

Coralie Donas

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Banque : des centaines de poste en alternance à pourvoir

Banque : des centaines de poste en alternance à pourvoir

Révolution digitale : le manager-leader est mort!

Révolution digitale : le manager-leader est mort!

BTP : des inquiétudes malgré les bons chiffres de 2018

BTP : des inquiétudes malgré les bons chiffres de 2018

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3178 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X