emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

« Le marché de l’emploi est très dynamique »

 | par Nathalie Perrier

« Le marché de l’emploi est très dynamique »
Nous avons énormément de mal à trouver des salariés dotés de qualification pointues, notamment dans le domaine de la construction de tunnels.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le secteur du BTP se porte merveilleusement bien, en Ile-de-France, mais aussi en Province. Depuis deux ans, le groupe Razel-Bec ne cesse de recruter dans tous les métiers. Interview de son DRH, Jérôme Pavillard.

Comment se porte le marché de l’emploi ?

Nous sommes sur un secteur extrêmement porteur, du fait notamment des chantiers liés au Grand Paris Express. Le marché de l’emploi est très dynamique et nous recrutons dans tous les métiers de la construction, et à tous niveaux de qualification. On cherche des compagnons, des chefs de chantiers, des ouvriers, etc.

Cet essor se limite-t-il à l’Ile-de-France ?

Non. Le marché se réveille aussi en province, en particulier sur les grandes agglomérations. Notre groupe est présent en région Paca et en région Occitanie. Et là aussi, nous avons de forts besoins de recrutement. Cela s’explique par la mise en œuvre de chantiers importants dans ces régions. Mais c’est aussi un effet indirect des chantiers du Grand Paris Express, qui ont drainé des ressources et de la mobilité interne.

Combien de personnes avez-vous recruté ces derniers temps chez Razel-Bec ?

Depuis le 1er octobre 2017, nous avons accueilli plus de 350 personnes, dont 150 dans l'encadrement. C’est important pour un groupe comme le nôtre qui compte 2 500 salariés.

 

Les spécialistes des tunnels sont très demandés

 

Y a-t-il des métiers particulièrement en tension ?

Oui ! Nous avons énormément de mal à trouver des salariés dotés de qualification pointues, notamment dans le domaine de la construction de tunnels. Nous manquons de pilotes de tunnelier, de mécaniciens, d’électriciens spécialisés dans les tunnels... Aujourd’hui, un responsable d’atelier spécialisé dans le domaine des tunneliers, ça vaut de l’or !

Des compétences nouvelles font aussi leur apparition…

Oui, nous avons de plus en plus besoin de professionnels dotées de compétence BIM. Nous menons à cet égard une politique de formation en interne, mais nous recrutons aussi ces profils en externe. Nous recherchons notamment des BIM managers.

Vous avez aussi du mal à trouver des ingénieurs expérimentés…

Il nous faut attirer les juniors et les séniors. L’an dernier, nous avons intégré une trentaine d’ingénieurs en début de carrière. Mais nous avons aussi besoin d’ingénieurs expérimentés. Or, aujourd’hui, trouver un ingénieur doté de dix ans d’expérience, avec une bonne réputation sur le marché, c’est très difficile !

Recruter en France, dans les Dom et à l’étranger

 

Avez-vous mis en place de nouvelles méthodes de recrutement ?

Oui. Pour les travaux du Grand Paris, nous avons élargi notre vivier de recrutement bien au-delà de de l'Ile-de-France. Nous avons recruté à l’étranger, notamment en Italie, en Espagne et au Portugal. Nous sommes aussi en train d’orienter notre politique de recrutement en direction de l’Ile de la Réunion. L’Ile de la Réunion a connu de vastes projets immobiliers et il y a donc là-bas un vrai savoir-faire. Aujourd’hui, le marché du BTP s’est ralentit sur l’Ile et donc nos offres peuvent intéresser des candidats. Par ailleurs, l’île est un Dom-Rom (Département et Région d'Outre-Mer) français, ce qui facilite les embauches.

Vous travaillez aussi votre image employeur…

C’est ce nous faisons depuis cinq ans auprès des grandes écoles du BTP et cela fonctionne très bien. Nous avons aujourd’hui une forte visibilité, y compris sur les réseaux sociaux. Nous avons aussi développé en interne la cooptation : nous encourageons nos salariés à repérer les bons profils à l’extérieur, moyennant une indemnisation.

Etes-vous obligé de faire des efforts en termes de rémunération pour séduire des candidats potentiels ?

Le rapport de force s'est inversé. Ce n'est plus à l'employeur de choisir entre plusieurs candidats, mais à eux d'opter entre plusieurs recruteurs, et ils sont très sélectifs ! Nous sommes donc amenés à faire des efforts sur le salaire, mais pas seulement. Nous travaillons aussi le barème d’indemnisation des déplacements, les primes, etc. Nous mettons également l’accent sur l'ambiance de travail en interne, sur les possibilités d’évolution en interne. Pour recruter, il faut désormais savoir convaincre !

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Rémunération : les mobilités qui payent

Rémunération : les mobilités qui payent

Emploi : dois-je m’inquiéter après 45 ans ?

Emploi : dois-je m’inquiéter après 45 ans ?

Métallerie : du chef de chantier au chargé d’affaires

Métallerie : du chef de chantier au chargé d’affaires

La métallerie a aussi besoin de cadres

La métallerie a aussi besoin de cadres

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2608 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X