emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

« Le conducteur de travaux est le chef d’orchestre du chantier »

 | par 

« Le conducteur de travaux est le chef d’orchestre du chantier »
Sur les chantiers, j’ai souvent échangé avec des conducteurs de travaux et leur métier m’a toujours séduit
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

A l’origine, Boris Fulcrand était très orienté « sport ». Mais une blessure pendant ses études l’a contraint à se réorienter. Aujourd’hui, il est conducteur de travaux dans le BTP.

« Après l’obtention de mon baccalauréat S, j’ai commencé une faculté de sport à Valence (Rhône). Mais à la suite d’une blessure, j’ai dû revoir mes projets et je me suis orienté en DUT technique de commercialisation. Je me suis vite rendu compte que je n’avais pas la fibre commerciale. » Les parents de Boris ont longtemps rénové des maisons pour les revendre et « à la sortie du DUT, j’ai réalisé que je voulais exercer un métier manuel ».

Il frappe à la porte d’une maçonnerie spécialisée dans le patrimoine ancien et la rénovation historique, explique sa situation et sa motivation, et se retrouve embauché en 2007, "en bas de l’échelle", comme manœuvre donc aide maçon. « Le secteur a besoin de personnes motivées, qui ont l’envie d’apprendre, souligne Boris Flucrant. Dès qu’on est intéressé et volontaire généralement cela fonctionne. » Dans cette entreprise, il apprend les bases du chantier et gravit progressivement les échelons. En quatre ans, il devient chef d’équipe. « C’est mon employeur qui m’a permis d’acquérir les qualifications et donc d’obtenir des certificats de travail, précise Boris. J’ai suivi un parcours professionnalisant au sein même de l’entreprise. »

Réorientation de l’ancien au neuf

En 2013, il décide de se mettre à son compte, dans le patrimoine ancien et la rénovation des monuments historiques. « J’ai toujours eu un attrait pour l’ancien. Même dans mes passions, j’aime ce qui a trait au médiéval. J’ai d’ailleurs pu rénover des châteaux, des cathédrales ou encore des clochers. »

Cette aventure dure deux ans. Puis, en observant le milieu économique du bâtiment, Boris constate que le budget national accordé pour la rénovation est beaucoup moins important que celui attribué à la réhabilitation de logements et la construction du neuf. « Je me suis donc adapté au marché et réorienté, indique-t-il. Comme je souhaitais aussi gravir les échelons pour accéder à l’encadrement et devenir conducteur de travaux, j’ai décidé de suivre une formation. »

Et d’ajouter : « Sur les chantiers, j’ai souvent échangé avec des conducteurs de travaux et leur métier m’a toujours séduit : avoir des responsabilités, pouvoir gérer le chantier, faire de la négociation, du relationnel. Les journées sont très chargées mais le métier est excitant. » Le conducteur de travaux est le chef d’orchestre d’un chantier car il coordonne les différents corps de métiers à la production, à la maîtrise d’œuvre et d’ouvrage, les fournisseurs et il assure aussi les relations commerciales. Il doit tout coordonner pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de grains de sable dans la conduite du chantier. « Il a aussi un travail intellectuel plus que concret, ajoute Boris. Ce n’est pas forcément visible, mais c’est très important car sa capacité d’analyse rapide et d’expression orale permet de fluidifier les relations. Il doit s’assurer d’être bien compris et de bien comprendre. »

La découverte du métier

Boris suit sa formation à l’Afpa à Toulouse, pendant 12 mois de fin octobre 2017 à fin octobre 2018. « Comme j’avais été embauché plusieurs fois en CDD, j’ai pu obtenir un financement par le Fongecif ce qui m’a permis d’avoir un revenu. A la fin de la formation, j’ai reçu une attestation employeur me permettant de rouvrir mes droits à Pôle Emploi. Mais j’ai tout de suite été embauché au sein de la société de bâtiment et travaux publics, Thomas et Danizan à côté de Toulouse. »

Aujourd’hui, Boris est conducteur de travaux et encadre son premier chantier. « La formation que j’ai suivie porte sur le gros œuvre et le béton armé, indique-t-il. Cela change du patrimoine ancien. C’est du logement neuf pur. » Et de conclure : « C’est mon premier chantier en tant que conducteur de travaux. Cela nécessite une grosse capacité d’adaptation. Il faut prendre le pli car de nombreux paramètres sont à prendre en compte : l’affluence des données qui arrivent quotidiennement et qu’il faut prioriser, les situations d’urgence. Il faut aussi savoir se confronter au stress et ne pas succomber à la pression. On est face à de grands enjeux en termes de responsabilité. Il faut toujours l’avoir en tête. »  

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

Les Miranda, une entreprise familiale au service de la démolition

Les Miranda, une entreprise familiale au service de la démolition

Cadre en gestion, finance et administration : jusqu’à 120 000 euros bruts annuels

Cadre en gestion, finance et administration : jusqu’à 120 000 euros bruts annuels

Secteur commercial et marketing : quels salaires pour les cadres ?

Secteur commercial et marketing : quels salaires pour les cadres ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3166 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X