emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

Le Btp à la recherche de “super-talents”

 | par Le Moniteur Emploi

Le Btp à la recherche de “super-talents”
Le Btp à la recherche de “super-talents”
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Enquête réalisée par Emmanuelle N’Haux

Méthodologie : Enquête téléphonique réalisée par la plate-forme de la Direction de l’action commerciale de PRO BTP, du 28 juin au 13 juillet 2011, auprès de 751 entreprises du BTP d’au moins 10 salariés. La représentativité de l’échantillon a été obtenue, a posteriori, par redressement selon la taille de l’entreprise.

Rarement un été aura changé la donne à ce point. Alors que, fin juillet, le BTP s’inscrivait dans une perspective de recrutements faisant poindre des tensions à la rentrée, le mois d’août a été porteur d’une série de mauvaises nouvelles : crise financière, croissance en berne, hausse du chômage et coup de rabot sur des « niches » porteuses d’affaires… Si la prudence est de mise en ce début septembre, la situation n’est pour autant pas analogue à celle de 2008. « Nous avions connu alors un coup d’arrêt brutal de nos missions, témoigne un consultant en ressources humaines. Là, c’est différent. Les entreprises ne stoppent pas les recrutements en cours, mais atten­dent de voir ce qui va se passer au cours des prochaines semaines. »

Après deux années difficiles, les entreprises de construction ont donc repris du souffle. Les carnets de commandes se regarnissent et, depuis quelques mois, les directions des ressources humaines font feu de tout bois pour constituer et consolider les équipes. D’après notre enquête Le Moniteur-PRO BTP, près de 60 % des entreprises ont recruté au cours du 1er semestre. « Nous allons recruter 300?personnes pour la France cette année, soit 20 % de plus que l’an passé, illustre Sébastien Botin, vice-président pour les ressources humaines de l’ingénieriste SNC-Lavalin. Nous restons néanmoins prudents et sélectifs dans nos recrutements. »

Un fort besoin de confirmés

Structurellement, le secteur du BTP a besoin d’intégrer de nouvelles recrues. La crise de 2008 a conduit bien des entreprises à mettre le pied sur le frein. Conséquence : un sous-dimensionnement des ressources humaines à l’heure où l’activité redémarre. « Il y a eu effectivement un certain décalage entre nos préconisations en matière de recrute­ment et la réalité sur le terrain. En 2010, les opérationnels sont restés prudents. Cette année, nous avons passé des consignes à nos filiales sur les volumes de recrutement à opérer », illustre Philippe Tournier, DRH de Colas. La filiale routière de Bouygues mise sur près de 3 000 recrutements, dont 350 cadres, cette année contre 2 000 l’an passé. Depuis le début de l’année, les recrutements repartent à la hausse. Bien sûr, certaines activités restent plus dynamiques que d’autres – les travaux publics (hors grands projets) et la promotion immobilière souffrant davantage – et les besoins dans l’Hexagone sont loin d’être homogènes. Mais, pour l’ensemble des entreprises, un même besoin criant pointe cette année : celui de renforcer l’encadrement.

A l’instar de Bouygues Construction qui pré­voit d’intégrer 1 300 cadres, la plupart confir­més, sur un total de 2 500 entrants. « Nous n’avions pas pour habitude d’aller chercher des confirmés à l’extérieur. Cet important besoin d’encadrement est lié à la nature des projets que nous traitons, explique Jean-Manuel Soussan, DRH de Bouygues Construction. Nous intervenons de plus en plus en amont des projets et de plus en plus en aval, sur la partie maintenance. Cela né­cessite un encadrement plus fort. »

Cela traduit également une autre réalité. « Les entreprises ont recruté beaucoup de jeunes avant la crise dont certains ont connu des progressions de poste rapides, pas tou­jours bien accompagnées. Ils sont aujourd’hui un peu sous-dimensionnés pour encadrer de gros chantiers », estime une « chasseuse de tête ». Sans oublier que les chantiers qui démarrent aujourd’hui ont été arrachés à des prix souvent bas ! Ils requièrent expertise et expérience pour préserver des marges déjà faibles.

Devant ce besoin d’expérience, quelle place reste-t-il pour les jeunes diplômés ? « Au niveau cadre, les jeunes diplômés représen­teront 80 % de nos recrutements, indique Géraldine Woloch-Addamine, responsable du recrutement d’Eiffage Construction. Pour leur intégration, la voie royale reste le stage de fin d’études et la voie de l’alternance. » Cette dernière devrait se renforcer avec le relè­vement du quota de 3 % à 4 % qui s’impose désormais aux entreprises de 250?salariés et plus. Ainsi, NGE table sur l’intégration d’une cinquantaine de jeunes via l’alternance.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ma femme est mutée à Charleville-Mézières!

Ma femme est mutée à Charleville-Mézières!

Coliving et coworking : ces nouveaux modèles qui font recette dans l’immobilier

Coliving et coworking : ces nouveaux modèles qui font recette dans l’immobilier

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Le data scientist, cet as des maths au service du business

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

Consultant en PLM : c’est quoi ce métier ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2532 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X