emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

La métallerie a aussi besoin de cadres

 | par Nathalie Perrier

La métallerie a aussi besoin de cadres
Franck Perraud est président de l’Union des métalliers de la Fédération française du bâtiment (FFB) qui regroupe les principales entreprises du secteur. Il fait le point sur les besoins en recrutement dans ce secteur porteur. 5000 postes sont ouverts.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Franck Perraud est président de l’Union des métalliers de la Fédération française du bâtiment (FFB) qui regroupe les principales entreprises du secteur. Il fait le point sur les besoins en recrutement dans ce secteur porteur. 5000 postes sont ouverts.

Le secteur de la métallerie se porte très bien…

Nous prenons en effet des parts de marché de plus en plus importante dans le bâtiment. La réglementation, longtemps défavorable à l’acier, ne l’est plus autant, ce qui nous a permis d’investir de nouveaux pans de marché, comme la construction de parkings. Le métal est de plus en plus utilisé dans la construction, notamment dans l’immobilier de bureaux. L’acier laqué a aussi été une révolution et est désormais très usité pour les garde-corps, les escaliers, etc. Aujourd’hui, nous générons chaque année un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros. Autre preuve du dynamisme, nous comptons près de 70 000 salariés, contre 55 000 il y a vingt ans, alors que dans le même temps la productivité a très fortement augmenté avec l’arrivée de machines très performantes.

C’est donc un secteur qui recrute ?

Oui, on recherche aujourd’hui, tous métiers confondus, 5000 personnes. Et s’il est difficile de faire des prévisions à long terme, les besoins vont rester conséquents dans les années à venir. Il faut savoir que sur les 19 000 entreprises de la métallerie, 16 000 comptent moins de cinq salariés. Ce sont majoritairement les 3000 autres qui recrutent, des PME de moins de 50 salariés pour la plupart.

Soudeur, une perle rare

Quels sont les métiers particulièrement en tension ?

A l’atelier, on manque cruellement de soudeurs et de monteurs. Le soudeur est une perle rare : il y a une très forte concurrence avec d’autres secteurs comme le nucléaire. Il est aussi très difficile de trouver des poseurs : poser un escalier, un châssis de fenêtre, etc… requiert des compétences bien précises. Ce sont des métiers intéressants et bien payés.

Quels sont les nouveaux métiers ?

Nos métiers associent le geste de la main et les nouvelles technologies. De nouveaux métiers ont vu le jour ces dernières années. On recherche des compétences dans nos bureaux d’études qui, dans la métallerie, ont la particularité d’être en interne. On manque de dessinateur concepteur en métallerie, de technicien bureau d’études... Dans les ateliers, on a besoin d’opérateurs en commande numérique pour nos machines numériques, nos machines à découper, etc. Ce sont là aussi des métiers en tension.

Quels profils recherchez-vous ?

Nous privilégions les personnes qui ont été formées en alternance. Un gros effort a été fait en direction des apprentis ces dix dernières années : actuellement, nous avons 2800 jeunes apprentis, niveau CAP, BEP, Bac Pro. Longtemps, notre métier a souffert d’une image négative : on pensait que la métallerie, c’était dur, sale, etc. Les choses changent.

Vous mettez aussi l’accent sur la formation continue…

L’union des métalliers a donc, en partenariat avec les Compagnons du devoir, créée quatre certificats de qualification professionnelle (CQP) : chef d’atelier, poseur, bureau d’études et chargé d’affaires junior. Ces formations diplômantes offrent aux salariés de nouvelles perspectives d’évolution. Nous avons aussi imaginé des modules de formation à distance, visibles sur internet, sur des sujets très concrets du type : comment faire des garde-corps, comment mettre en accessibilité une boulangerie, etc. Promouvoir la formation continue est indispensable si on veut répondre à l’évolution de nos métiers.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

6 entreprises sur dix envisagent de recruter

6 entreprises sur dix envisagent de recruter

Mon mari est muté à Cherbourg !

Mon mari est muté à Cherbourg !

Mon mari est muté à Saint Etienne !

Mon mari est muté à Saint Etienne !

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2787 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X