emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

L’impact de l’environnement sur les métiers du BTP

 | par 

L’impact de l’environnement sur les métiers du BTP
De nouveaux métiers vont apparaître avec le développement de la construction durable
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La filière du BTP est plus que jamais concernée par l’impact du développement durable. Les métiers du secteur en sont d’ailleurs directement impactés. 

« Le sujet est plus que jamais d’actualité notamment parce que la convention FEE Bat 2018-2020 a été signée en octobre 2018 », rappelle Jacques-Olivier Hénon, directeur des politiques de formation et de l’innovation pédagogique au sein du Comité de concertation et de coordination de l’apprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP). Cette convention, mise en place il y a une dizaine d’années, permet de travailler sur l’efficacité énergétique des bâtiments afin de baisser leur impact énergétique. Une taxe permet de financer les actions.

« Depuis dix ans, nous constatons que nous pourrions être moins consommateurs d’énergies si les bâtiments que nous construisons et entretenons avaient une meilleure  efficacité énergétique », rapporte Jacques-Olivier Hénon. Cette réflexion amène à une appréhension et une conception différente des bâtiments, et surtout à deux grands objets en termes de gestes professionnels. Tout d’abord l’intégration de nouvelles matières plus efficaces et isolantes. Puis la coactivité, c'est-à-dire comment faire en sorte que les différents corps de métiers qui interviennent sur du neuf en construction ou de l’ancien en rénovation peuvent s’articuler pour aboutir à une efficacité énergétique accrue.

L’évolution des métiers

Des nouveaux objets, technologies, matériaux arrivent en permanence sur le marché. Il ne se passe pas six mois sans qu’il y ait une nouveauté. « Ces matériaux et matériels nécessitent un apprentissage, des gestes professionnels nouveaux ou qui doivent évoluer, indique Jacques-Olivier Hénon. Notre travail est de former nos 50 000 jeunes, en apprentissage, à ces nouveautés. » Et de préciser : « Quand un nouvel équipement arrive, nous formons les jeunes aux anciennes et nouvelles technologies. Si on prend l’exemple des chaudières, qui ont une durée de vie de 8 à 10 ans, il est normal de former les jeunes à l’entretien et à la maintenance des anciens équipements. Mais ils sont aussi formés aux nouveaux modèles plus high tech. » 

Le génie climatique aussi est impacté par l’arrivée de la haute technologie, de la programmation informatique, qui permet de réduire l’impact de la production du chaud et du froid sur l’environnement. Les chauffagistes y sont formés.

L’ensemble des métiers liés à l’enveloppe du bâtiment voient également arriver des nouveaux matériaux qui permettent de supprimer des ponts thermiques et améliorent l’isolement. Leur usage nécessite des connaissances en calculs et conception, donc une formation à l’intégralité du circuit de vie du bâtiment.

« Nous enseignons aussi la déconstruction sur les chantiers, indique Jacques-Olivier Hénon. A l’origine, il fallait trier les matériaux. Aujourd’hui, nous continuons de trier, mais nous parvenons aussi à recycler le matériel de déconstruction pour la reconstruction. Ecologiquement, c’est très efficace, et cela évite le transport en la réutilisant les matériaux directement sur le chantier. »

Les nouveaux métiers

Des nouveaux métiers commencent à apparaître, notamment avec le Building information modeling (BIM). « Ce qui est nouveau, c’est la méthode de conception des chantiers, fait savoir Jacques-Olivier Hénon. Quand on rentre dans les questions d’efficacité énergétique du bâtiment, on s’aperçoit que c’est la coactivité entre les différents corps de métiers qui permet de déterminer si le bâtiment est performant ou non. Il faut donc des BIM manager pour coordonner l’ensemble des corps de métiers afin que tous les matériaux utilisés par les uns et les autres, concourent à l’efficacité énergétique, ce qui n’existait pas il y a cinq ans. »

L’isolation thermique par l’extérieur a également donné lieu à un nouveau métier, celui de façadier itéiste.  

Dans le génie climatique, des nouveaux métiers apparaissent en lien avec les nouvelles façons de chauffer, sans chauffage, mais en utilisant des matériaux suffisamment isolants et la circulation d’air.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Une nouvelle formation dédiée à la conception des navires

Une nouvelle formation dédiée à la conception des navires

Besoin de compétences dans l'industrie aéronautique

Besoin de compétences dans l'industrie aéronautique

L’industrie dans le Top 4 des métiers qui recrutent

L’industrie dans le Top 4 des métiers qui recrutent

Grand Paris, quels emplois vous attendent ?

Grand Paris, quels emplois vous attendent ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3180 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X