emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

L'aide soignante qui devint menuisière...

 | par Laure Martin

L'aide soignante qui devint menuisière...
Cela se rapproche du travail des architectes d’intérieur avec lesquels nous sommes d’ailleurs parfois amenés à travailler.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Aide-soignante de formation, Betty Lefaire a décidé d’une reconversion professionnelle afin de devenir menuisière poseur-installateur. Un changement d’orientation en cours. 

« J’ai toujours aimé le contact avec les gens, raconte Betty. Au lycée, je me suis orientée en sciences médico-sociales et j’ai pu effectuer des stages en milieu hospitalier, en maison de retraite ainsi qu’auprès des enfants. J’ai aussi travaillé comme agent de service hospitalier (ASH) en clinique psychiatrique. C’est ce qui m’a donné l’envie de passer le concours d’aide-soignante pour travailler dans ce secteur. »
Ce métier est accessible après des études courtes, un avantage pour Betty qui  avait besoin d’entrer dans la vie active rapidement. Elle travaille pendant sept ans en clinique psychiatrique en Picardie. « J’ai aimé pouvoir discuter avec les personnes hospitalisées, leur redonner le sourire, l’envie de vivre et contribuer au fait qu’ils aillent mieux. »
 

Changement d’orientation 

En 2018, Betty démissionne pour suivre son conjoint, cuisiniste poseur à domicile en Ile-de-France. « Je me suis retrouvée dans cette région sans travail, raconte-t-elle. Je n’ai pas cherché de poste en tant qu’aide-soignante car le fait de déménager m’a donné envie de sortir de ma zone de confort. J’ai eu un déclic et de fil en aiguille, mon conjoint m’a demandé de l’aider à concevoir des cuisines sur ordinateur. »
Betty commence à se former sur logiciel, suit une formation de graphiste par correspondance, mais « il me manquait le côté pratique », reconnaît-elle Elle décide donc de chercher une formation, et rejoint l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) de Lardy (Essonne) en septembre 2019 avec pour objectif d’aider son conjoint sur les chantiers en tant que menuisier, poseur installateur. 

Travailler avec son conjoint

La formation se déroule quotidiennement de 8h à 16h45. Le matin, les cours ont lieu sur ordinateur, et l’après-midi est consacré à la mise en pratique. « On se met en situation de chantier », explique Betty. Pour le moment, elle a appris à poser des fenêtres, des prises, à réaliser des cloisons, des enduits et l’électricité.
Depuis janvier, elle est en stage, pour la mise en pratique, avant de reprendre les cours théoriques. « L’enseignement est intense car condensé, soutient-elle. Nous avons six semaines de stage à répartir dans la formation afin de se mettre en situation au sein d’une entreprise », précise-t-elle.
A l’issue de sa formation, dans l’idéal, Betty souhaiterait être embauchée par son conjoint pour travailler officiellement avec lui. Elle a d’ailleurs effectué un stage au sein de son entreprise. « Mais si ce n’est pas avec lui que je suis amenée à travailler, je postulerais chez des cuisinistes pour faire de la pose », fait-elle savoir, admettant néanmoins que sa vraie motivation est de pouvoir travailler avec son conjoint. Ce dernier a également suivi la formation à l’Afpa il y a huit ans et a créé son entreprise de conception de cuisines et de dressing. Betty n’aurait jamais découvert ce métier sans son conjoint et « pour le moment, j’en suis vraiment satisfaite, admet-elle.
Je suis créative, cela me plaît de concevoir. J’ai toujours aimé dessiner, créer, moduler et je cherche l’inspiration partout. C’est encore plus valorisant de voir le résultat concret chez le client, d’être en contact avec lui, d’avoir l’aspect relationnel. » Et de conclure : « Ce qui me plaît, c’est de créer en répondant aux attentes et aux besoins des clients, de moduler les couleurs, les meubles. Cela se rapproche du travail des architectes d’intérieur avec lesquels nous sommes d’ailleurs parfois amenés à travailler. » 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2270 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X