emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

« Il manque des candidats qualifiés pour répondre aux besoins du BTP »

 | par Coralie Donas

« Il manque des candidats qualifiés pour répondre aux besoins du BTP »
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’agence d’emploi Synergie emploie 5 000 intérimaires dans le BTP et réalise 15 % de son chiffre d’affaires dans le secteur. Depuis la reprise post-confinement, Virginie Gonzalez, responsable des Marchés BTP et tertiaire chez Synergie, responsable du marché BTP, observe une reprise des recrutements intérimaires chez ses clients. 

Comment se profile l’activité BTP dans le contexte d’un deuxième confinement ?

 

Le fait que le BTP puisse maintenir ses chantiers est bien sûr une bonne nouvelle. Et à certains endroits il y a de belles perspectives de relance. Lors de la première reprise post-covid, nous avions progressivement réintégré les équipes d’intérim sur les grands chantiers. Les entreprises avaient d’abord mis en place leurs effectifs permanents pour permettre un bon suivi des gestes barrière.

 

Aujourd’hui nous avons plus de recul et d’expérience sur les consignes de sécurité et les gestes barrières, dans la continuité du travail qui a été fait par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics, l’OPPBTP.

 

Quels métiers restent recherchés dans le secteur ?

 

Il y a bien sûr de forts enjeux autour des chantiers du Grand Paris. Les métiers les plus recherchés sont ceux de coffreurs, opérateurs-tunneliers, mécaniciens, électriciens, conducteurs d’engin, soudeurs. Les entreprises cherchent aussi des injecteurs, et des dessinateurs-projeteurs.

 

Nous avons dû mettre en place des stratégies de sourcing et de fidélisation, pour être plus attractifs sur les chantiers parisiens. Nous faisons appel à des candidatures en province en mettant en avant la prime de grand déplacement. Au vu des pénuries de candidats en Ile-de-France, nous devons en effet élargir notre périmètre d’action.

 

Nous participons aussi à des actions de formation spécifiques, comme le dispositif « HOPE » de l’AFPA, qui permet de former des personnes réfugiées à certains métiers du BTP. De manière générale, nous investissons beaucoup dans la formation des intérimaires, nous sommes à 3 % de notre masse salariale.

 

Fortes demandes en région

 

En dehors de l’Ile-de-France, quels besoins identifiez-vous dans le domaine ?

 

En Nouvelle Aquitaine, il y a une forte demande pour des professionnels du second œuvre, des plombiers, des chauffagistes, des climaticiens, des électriciens… Les entreprises cherchent des profils autonomes et qualifiés. Nous avons assisté à une vague d’embauches en CDI en août-septembre, car les entreprises souhaitent les garder.

 

En région toulousaine, nous avons eu des demandes pour les mêmes métiers et pour des métiers du gros œuvre, des maçons, des coffreurs-bancheurs, des chefs d’équipe et des conducteurs de travaux. Il y a une pénurie de profils qualifiés.

 

En région, nous avons une forte proportion de jeunes diplômés qui n’ont pas d’emploi car ils n’ont pas encore de première expérience. Comme nos clients n’arrivent pas à trouver les candidats qu’ils recherchent, nous mettons en avant les candidatures de ces jeunes diplômés et nous accompagnons nos entreprises clientes dans l’intégration de ces profils

 

Comment formez-vous les intérimaires en tant qu’agence d’emploi ?

 

Dans la région de Nantes par exemple, nous sommes investis dans des formations de coffreur-bancheur en contrat de professionnalisation. Dans ce cadre, nous établissons une relation tripartite avec un centre de formation d’apprentis, CFA, et le client final.

 

Nous utilisons aussi le CDI intérimaire, qui nous permet d’employer directement des candidats et de les mettre à disposition pour des clients. Lorsqu’ils sont entre deux missions, ils sont très souvent en formation pour continuer à monter en compétences. La formation est un axe majeur pour fidéliser les candidats.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Sébastien Larvor, le plaisir d’une franchise « made in France »

Sébastien Larvor, le plaisir d’une franchise « made in France »

Architecte en cybersécurité : c’est quoi ce métier ?

Architecte en cybersécurité : c’est quoi ce métier ?

Emploi : la France coupée en deux

Emploi : la France coupée en deux

Les chantiers de construction verdissent

Les chantiers de construction verdissent

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2629 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X