emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

Filières de recyclage dans le BTP : des précisions attendues

 | par Laure Martin

Filières de recyclage dans le BTP : des précisions attendues
La loi prévoit de nombreux changements dans l’organisation du traitement des déchets avec la création de nouveaux points de collectes aux endroits qui en sont dépourvus, le financement des dépôts sauvages des déchets du bâtiment ainsi que le développement de la filière
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Actées par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire de février 2020, les filières Responsabilité élargie des producteurs (REP) pour le secteur du bâtiment, verront le jour en janvier 2022. Quels sont les enjeux ? 

46 millions de tonnes. C’est la quantité de déchets produits annuellement par la filière du bâtiment. Pour responsabiliser les producteurs, le Gouvernement a prévu dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire de février, le paiement d’une écocontribution sur les prix des produits neufs par les fabricants de matériaux. Finalement, c’est le principe du pollueur/payeur qui s’applique. Avec cette loi, « l’accent est mis sur les déchets du bâtiment car ce sont les plus compliqués à valoriser et à recycler, notamment ceux qui sont non inertes et non dangereux », explique la Fédération française du bâtiment (FFB).
 

Une nouvelle organisation à mettre en place

La mise en place de la REP va être un bouleversement à plusieurs étages pour les entreprises du bâtiment car leurs gestionnaires de déchets vont être de nouveaux partenaires. Le mode de gestion du déchet et la traçabilité vont évoluer. Ainsi, l’écocontribution va servir à financer la collecte et le recyclage des déchets du bâtiment via des éco-organismes qui seront en charge de l’organisation de la filière en aval : recyclage, traitement, création de nouvelles installations, services de collecte.
La mise en place et l’organisation des éco-organismes reposent sur les entreprises du secteur. « Ce sont à eux d’organiser la collecte et le traitement des déchets, indique Olivier Ponti, président de la Fédération professionnelle des entreprises du recyclage (FEDEREC) BTP. Les entreprises de recyclage sont très peu associées à la réflexion alors que nous nous sommes battus pour participer au fonctionnement des éco-organismes...Cela ne nous rassure pas car nous allons subir leur décision. » D’autant plus qu’une fois constitués, ces éco-organismes vont lancer des appels d’offres auprès des entreprises du recyclage. « Que va-t-il advenir des petits acteurs du secteur ? », s’interroge Olivier Ponti. 
 

Des points d’interrogations importants

La loi prévoit de nombreux changements dans l’organisation du traitement des déchets avec la création de nouveaux points de collectes aux endroits qui en sont dépourvus, le financement des dépôts sauvages des déchets du bâtiment ainsi que le développement de la filière. « Nous avons encore de nombreuses incertitudes sur les modalités d’application, notamment sur le coût de la mise en place des filières, sur les surcoûts générés par les écocontributions sur le prix des matériaux de construction et sur la répartition des fonds », indique la FFB.
Car à titre d’exemple, le traitement des produits dangereux et celui des produits inertes n’a pas le même coût. De même que certaines filières existent déjà, l’objectif de la FFB est donc de les maintenir pour ne pas avoir à repartir de zéro dans tous les domaines. « Nous ne disposons pas non plus de précision concernant les services dont les entreprises de travaux vont bénéficier pour déposer leur produit, complète la FFB. Nous espérons qu’il y aura suffisamment de points de collectes pour un maillage complet du territoire et ainsi inciter au tri. »
D’ailleurs, l’une des contreparties à un bon tri des déchets effectué par l’entreprise est la gratuité de leur reprise. Cet axe interroge car le niveau de tri exigé n’est pas encore connu. « Aujourd’hui, l’intérêt est de valoriser les déchets, d’encourager au tri et la gratuité peut y contribuer, soutient Olivier Ponti. Mais qu’est-ce qu’un bon tri ? La réponse à cette question est fondamentale car c’est ce que nous vivons au jour le jour. » « Il s’agit d’une composante importante car il faut être suffisamment exigeant mais pas trop non plus pour collecter assez de déchets et ainsi faire fonctionner la filière et garantir sa rentabilité », conclut la FFB. 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Un campus 100% numérique

Un campus 100% numérique

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4180 offres d’emploi en ligne

Fermer X