emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

Etre "meilleur ouvrier de France", signe d'excellence dans le BTP

 | par 

Etre meilleur ouvrier de France, signe d'excellence dans le BTP
Parmi celles-ci, la menuiserie, la charpente, les métiers de la pierre, la peinture, la ferronnerie d'art...
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les finales du concours Un des meilleurs ouvriers de France, MOF, ont démarré en octobre et se tiennent jusqu'en février 2019. Les lauréats bénéficient d'une véritable reconnaissance des professionnels et du public.

Le concours MOF, un des meilleurs ouvriers de France, permet à des professionnels de 17 familles de métiers (230 professions en tout) de confronter leur savoir-faire au regard de leurs pairs. Si les métiers de l'alimentation et de la restauration sont les plus connus du grand public, la catégorie du bâtiment et du patrimoine architectural est aussi très représentée et ne concerne pas moins de 19 professions. 

Parmi celles-ci, la menuiserie, la charpente, les métiers de la pierre, la peinture, la ferronnerie d'art... "Nous touchons des personnes en situation professionnelle, salariés, chefs d'entreprise, entrepreneurs, indépendants, pour qui le concours est un moyen d'être évalué par d'autres professionnels sur leur savoir-faire", explique Jean-Luc Chabanne, secrétaire général du comité d'organisation des expositions du travail, chargé d'organiser le concours "Un des meilleurs ouvriers de France" (COET-MOF). La moyenne d'âge est de 37 ans et les lauréats se voient attribuer un diplôme supérieur. "Un grand nombre de participants au concours est rentré dans la vie professionnelle avec un CAP. Remporter le concours permet de décrocher un diplôme d'Etat de niveau 3", souligne Jean-Luc Chabanne.

1 200 heures de travail

Pour faire partie des heureux élus, les candidats passent une sélection, puis une épreuve qui consiste à réaliser une œuvre selon des critères définis par un jury. Emile-Armand Benoît, couvreur, a obtenu le titre de MOF en 2015. Spécialisé dans les monuments historiques, il a travaillé pendant une dizaine d'années sur des chantiers de restauration prestigieux comme le château de Fontainebleau, Notre-Dame de Rouen ou Notre-Dame de Paris.

Mais l'entreprise spécialisée dans la couverture de monuments historiques qui l'employait fait faillite en 2014. Il décide alors de se lancer dans l'aventure MOF. Pour cela, il s'installe comme auto-entrepreneur et travaille intensément pour mettre de l'argent de côté. Son objectif : s'arrêter totalement pendant quatre mois pour se consacrer à l'œuvre exigée par le concours, soit une maquette de toiture en ardoise, cuivre et plomb, qui pèsera au final 500 kilogrammes et sera de la taille d'une petite voiture.

Il y consacre 1 200 heures de travail dans le garage de ses parents qu'il a réquisitionné pour l'occasion. "Je pensais que le concours MOF permettait de se confronter à soi-même, mais j'y ai surtout beaucoup appris. Je suis allé chercher chaque matériau dans les usines et ateliers qui les fabriquent et j'ai appris de nouvelles techniques". Le concours équivaut aussi à un réel investissement : le temps passé à la réalisation de la maquette représente un manque à gagner dans l'activité professionnelle, et Emile-Armand Benoit a financé l'achat des matériaux. " C'est un peu comme prendre une année sabbatique durant laquelle on dépense de l'argent... Il faut donc réellement être motivé ! ", plaisante le jeune couvreur. Suite au concours, il a monté son entreprise et ne regrette pas son expérience ni son investissement. "Le titre est très reconnu en France, et même à l'international. Cela me permet souvent de faire la différence lorsque je suis en concurrence avec d'autres entreprises pour un chantier. Les opportunités arrivent par le bouche-à-oreille. Cela m'offre un certain confort et me permet de choisir mon travail". Il a eu l'occasion de partager la passion de son métier lors de conférences organisées dans le cadre d'une exposition consacrée aux MOF en 2017, au musée des Arts et Métiers de Paris. Une exposition qui mettait sous le feu des projecteurs plusieurs professions du BTP.
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Jeunes diplômés : profitez de la guerre des talents

Jeunes diplômés : profitez de la guerre des talents

Femmes et bâtiment : vers la mixité?

Femmes et bâtiment : vers la mixité?

Bâtiment, travaux publics, ces métiers qui recrutent des jeunes diplômés

Bâtiment, travaux publics, ces métiers qui recrutent des jeunes diplômés

Grand Paris : le chantier du siècle et ses opportunités d’emploi

Grand Paris : le chantier du siècle et ses opportunités d’emploi

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3466 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X