emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

D’assistante de gestion à technicienne en économie de la construction

 | par 

D’assistante de gestion à technicienne en économie de la construction
Ce qui m’a séduit, c’est le fait d’avoir des responsabilités
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Secrétaire et assistante de gestion de formation, Rachel Cruz, 25 ans, a décidé, à la suite d’une expérience de terrain, de devenir technicienne en économie de la construction et étude de prix. Sa mission : estimer le coût d’un chantier et s’assurer que le budget sera respecté. 

« A l’origine, j’ai fait un baccalauréat professionnel secrétariat et un BTS assistante de gestion, explique Rachel. En cherchant du travail, j’ai trouvé un poste dans le secteur du BTP, chez un façadier. » Et de poursuivre : « J’ai tout de suite essayé de m’adapter au secteur, de comprendre les termes. Je me suis investie. » A l’époque, son travail n’est pas vraiment « cadré » et « structuré » donc « j’étais en charge officieusement, de la partie administrative des appels d’offre, explique-t-elle. J’étais l’assistante du conducteur de travaux, mais je n’étais pas en charge du côté technique. » Elle quitte l’entreprise après un an en raison d’un manque d’organisation et de cadrage de son poste.

Une nouvelle formation

Néanmoins, conscient de ses capacités, un chargé d’affaires lui suggère de suivre une formation à l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), afin de devenir technicien en économie de la construction. « Je voulais viser le poste de chargé d’affaires, mais je n’avais pas le niveau d’expérience suffisant pour pouvoir y prétendre, indique Rachel. Il valait mieux que je  commence comme économiste de la construction pour ensuite évoluer et me reformer. » Elle contacte l’Afpa pour passer les tests, entre en formation en septembre 2017 et fait le choix de l’alternance, au sein du groupe Martinez, Comminges Batiments (Haute Garonne). « Je suis en contrat professionnel, souligne-t-elle. C’est un plus pour moi car je bénéficie d’une formation de terrain. » Celle-ci est donc plus longue - environ un an et demi, au lieu des huit à dix mois pour une formation initiale sans alternance.

Une approche terrain

Pourquoi technicienne en économie de la construction et étude de prix ? « Ce qui m’a séduit, c’est le fait d’avoir des responsabilités, reconnaît-elle. A mon premier poste, j’ai découvert le côté administratif, et je voulais en plus le côté technique, faire des métrés, des plans, comprendre et étudier un projet concrètement et pas uniquement son côté administratif. » Ce métier allie la communication et le relationnel avec le client, les sous-traitants, les partenaires. « Il faut organiser son temps et chercher des solutions techniques et financières à un projet », indique Rachel. Actuellement, elle est spécialisée en rénovation, ce qui implique que des clients appellent l’entreprise pour des projets de rénovations de leur maison par exemple. « Je prends alors rendez-vous avec eux pour faire un état des lieux, un relevé du projet chez eux, rapporte Rachel.

De retour au bureau, avec mes relevés je dessine les plans sur un logiciel avec les cotes que j’ai relevées et après les avoir imprimées, je réalise un métré, un descriptif des ouvrages que je veux chiffrer et auquel le projet doit répondre. » Initialement, elle ne dispose pas du budget du client car « nous essayons de l’atteindre sans l’avoir ». Elle est ensuite chargée d’appeler les sous-traitants pour fixer un rendez-vous chez le client, s’assurer des tarifs et rendre un dossier complet. « Parfois, je réalise plusieurs études pour un même projet afin d’ajuster la demande au mieux », indique-t-elle. Lorsque le projet est approuvé et lancé, son rôle s’arrête. C’est le conducteur de travaux qui prend le relai et exécute. Elle réalise l’ensemble de son travail en autonomie, sous la supervision de sa responsable et de son directeur. « Avec une formation en alternance, il y a une vrai transmission de savoir », ajoute-t-elle.

Rachel garde en tête l’idée de devenir chargée d’affaire afin de poursuivre suivre la phase d’exécution des travaux, avec une équipe d’ouvriers. « J’y pense pour plus tard car il faut plus d’expérience pour gérer une équipe d’hommes », reconnaît Rachel.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

Trop peu d’informaticiennes : « on peut changer la donne »

Les Miranda, une entreprise familiale au service de la démolition

Les Miranda, une entreprise familiale au service de la démolition

Cadre en gestion, finance et administration : jusqu’à 120 000 euros bruts annuels

Cadre en gestion, finance et administration : jusqu’à 120 000 euros bruts annuels

Secteur commercial et marketing : quels salaires pour les cadres ?

Secteur commercial et marketing : quels salaires pour les cadres ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3166 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X