emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

Crise sanitaire et marché de l’immobilier : qu’en-est-il ?

 | par Christine CATHIARD

Crise sanitaire et marché de l’immobilier : qu’en-est-il ?
L’avènement et la normalisation du télétravail a rendu essentiel le fait de pouvoir disposer d’une pièce aménageable en bureau, ce qui ajoute un critère supplémentaire que les promoteurs et professionnels doivent prendre dès maintenant en considération.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Nous avons posé la question à Antoine Mesnard, fondateur de Recrutimmo.

Comment se porte le marché de l’immobilier malgré la crise ? 
La situation du marché est aujourd’hui très contrastée, car selon le segment duquel on parle, les réalités ne sont pas les mêmes. 
Le marché résidentiel a connu un arrêt brutal en mars lors du premier confinement, mais a connu un fort rebond par la suite lui ayant permis d’atteindre un niveau très élevé de transactions sur l’ensemble de l’année qui se termine. 
Le marché du logement neuf, au contraire, a subi plus fortement la conjoncture. La crise sanitaire a affecté l’avancement des chantiers en cours et a rendu difficile les mises en chantier, qui restent rares aujourd’hui. Cela s’explique d’une part par l’absence de foncier disponible, et d’autres part par les dernières élections municipales qui ont remis en cause bon nombre de permis de construire qui auraient dû être accordés. 
Enfin, le marché de l’immobilier professionnel connaît une vraie mutation du fait de l’explosion du télétravail, qui remet en cause le modèle traditionnel de l’occupation des locaux pas les entreprises, mais aussi des faillites de TPME qui entrainent l’évidement de nombreux locaux professionnels.
 
Les opérations ont-elles repris depuis le premier déconfinement ? 
Lors du premier confinement, l’activité s’est arrêtée brutalement. Les agences n’étaient pas préparées, et le confinement était très strict. De la même façon, les notaires ne pouvaient légalement pas faire les signer les actes à distance, ce qui bloquait les opérations de ventes. 
Depuis, la situation a évolué. Le second confinement a pu être anticipé et les restrictions ont été aménagées pour permettre à l’activité de se poursuivre : visites virtuelles, signatures électroniques, reprise des activités de notariat, etc. C’est un signal positif quant à la résilience du secteur qui a pu - du moins, en partie - s’adapter aux circonstances. 
 
Quid des prix dans les principales villes de France ? 
À ce stade, il est difficile de tirer un bilan de la pandémie en matière d’impact sur les prix dans les villes moyennes et les métropoles.
 
Quoi qu’il en soit, la situation de crise semble entraîner une réticence des acquéreurs quant au fait d’offrir le prix demandé par les vendeurs. Les professionnels constatent parallèlement que les conditions plus strictes des banques pour financer un bien ne favorisent pas l’inflation et entrainent un allongement des délais de ventes. 
 
Une tendance pourrait se dégager, néanmoins, d’une analyse des derniers mois : une relative hausse des prix dans les territoires et zones péri-urbaines, du fait d’une appétence des acheteurs pour les biens immobiliers disposant d’extérieur, avec une très forte demande de maisons en résidence principale et en résidence secondaire.
 
Quelles seront, à moyen terme, les conséquences de la crise économique sur le secteur ? 
 
En termes de dynamisme et de croissance du secteur, il est difficile de faire des prédictions car les prochains mois sont plus qu’incertains. Pour autant la crise a eu des conséquences sur l’activité qui sont déjà visibles. Et ce, à plusieurs niveaux.
 
Tout d’abord, elle a transformé les attentes des acquéreurs particuliers vis-à-vis des biens qu’ils recherchent. L’avènement et la normalisation du télétravail a rendu essentiel le fait de pouvoir disposer d’une pièce aménageable en bureau, ce qui ajoute un critère supplémentaire que les promoteurs et professionnels doivent prendre dès maintenant en considération.
 
En ce qui concerne l’immobilier professionnel, le développement du coworking s’affirme comme une donnée primordiale, au détriment de l’achat ou de location traditionnelle des surfaces de bureaux. Cet essor des espaces de travail partagés ne date pas de la crise, mais se renforce avec elle. C’est une tendance qui va remodeler l’offre et la demande dans les mois, voire les années à venir.  
 
Comment les professionnels perçoivent-ils la situation ? 
 
L’avènement soudain et brutal d’une seconde vague d’épidémie de Covid-19 pousse à la prudence, car les perspectives d’une campagne de vaccination massive ne dispersent pas le doute quant à la possibilité d’un troisième confinement et d’un prolongement durable de la crise. Par conséquent, c’est surtout l’inquiétude qui prédomine chez les professionnels, malgré la reprise progressive du marché. 
Il convient de rappeler, à cet égard, que tous les acteurs ne sont pas prêts à se relancer. Les professionnels qui ont su réagir avec lucidité et qui se sont préparés à surmonter cette crise, qui ont maintenu leurs équipes en place, voire recruté, sont aujourd’hui en bonne posture pour profiter de la conjoncture favorable pour renouer avec la croissance. Au contraire, ceux qui, par excès de prudence, se sont immédiatement refermés sur eux-mêmes en se séparant de leurs collaborateurs, se retrouvent maintenant démunis et risquent de manquer les opportunités qui se présentent aujourd’hui avec la reprise des opérations. 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Un campus 100% numérique

Un campus 100% numérique

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

Le gestionnaire de patrimoine, expert de la protection financière sur-mesure

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

La transformation de l’entreprise, clé d’une réussite en 2021

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

Les accélérateurs comme soutien au déploiement des start-up

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2453 offres d’emploi en ligne

Fermer X