emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

BTP, logistique et transports : encore plus d’emplois « durables » d’ici 2022

 | par 

BTP, logistique et transports : encore plus d’emplois « durables » d’ici 2022
A l’image de la logistique et des transports, le secteur du bâtiment aussi verra ses recrutements impactés par les préoccupations environnementales
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Oui, la question de l’environnement impacte déjà le monde du travail et les recrutements. Dans les secteurs du bâtiment, de la logistique et des transports, la transition énergétique ne se limite plus à un objectif lointain.

Des perspectives de recrutements concrètes se dessinent même déjà : des profils qualifiés, parfois du niveau ingénieur, seront très recherchés dans ces trois secteurs à l’horizon 2022. Des professionnels nous livrent leurs projections.

Repenser les entrepôts de logistique

Des hangars de stockage en matériau durable et équipés de panneaux solaires, capables de produire leur propre électricité. Un espace dédié aux pompes d’hydrogène pour faire le plein de camions électriques. Voici à quoi pourrait ressembler un entrepôt de stockage d’ici quelques années. Tariel Chamerois, président de la commission développement durable à l’Union des Entreprise de transport et de logistique de France (TLF), première organisation professionnelle qui représente les métiers du transport et de la logistique, se plaît à l’imaginer. « Pour y parvenir nous aurons besoin de vraies compétences pour sourcer les matériaux de construction, pour créer des bâtiments à énergie positive. C’est un scénario qui va exister », prédit le professionnel qui est également directeur RSE du chez DB Schenker, premier fournisseur de service logistique au monde. « On se dote de spécialistes, d’ingénieurs pour faire des études de certification, organiser le tri des déchets… ».  DB Schenker par exemple produit déjà 2,5% de son énergie.

Former les chauffeurs à l’écoconduite

Au-delà du bâti, la transition énergétique va modifier les véhicules et impacter ceux qui les conduisent, ceux qui les entretiennent. « Nous aurons besoin d’une composante formation plus importante notamment à l’écoconduite : si on a 120 km d’autonomie avec un véhicule électrique, il faut arriver à boucler sa tournée », poursuit Tariel Chamerois. Les emplois de maintenance aussi seront impactés.

Optimiser les tournées

Le travail des data scientists, ces gestionnaires en charge de l’optimisation de tournées afin de réduire les émissions de CO2, va aussi s’accentuer avec l’arrivée annoncée des véhicules autonomes, qui présentent eux aussi des vertus environnementales.

La mutation s’opère déjà dans les grandes villes où des livreurs à pied, à vélo, en triporteur ont fait leur apparition. « Pour remplacer un conducteur de camion, il faut trois livreurs à pied ou à vélo : dans les centres urbains la productivité est aussi bonne », observe Tariel Chamerois.  « Ce sont des opportunités d’emplois car les qualifications des conducteurs ne sont pas les mêmes », renchérit Jérôme Douy, directeur délégué de TLF en charge du développement durable.

Pour lui, les mutations annoncées en termes d’emplois impacteront « surtout les grosses entreprises ». Aussi motivées soient-elles par la question environnementale, les entreprises du secteur se heurtent aujourd’hui à la capacité de transports encore limitée des véhicules électriques. « Nous venons d’acquérir deux camions électriques de 7,5t et nous attendons avec intérêt l’arrivée de poids-lourds de plus gros gabarit à prix raisonnable », confie le directeur RSE de DB Schenkel.

De nouvelles qualifications aussi dans le BTP

A l’image de la logistique et des transports, le secteur du bâtiment aussi verra ses recrutements impactés par les préoccupations environnementales. La Dares l’a d’ailleurs prédit dans l’un de ses rapports sur les métiers en 2022.

Là encore, les perspectives de création d’emplois concernent des postes qualifiés. « Les transformations à l’œuvre dans le secteur (nouvelles règlementations, innovations technologiques, utilisation de nouveaux matériaux, etc.) devraient se traduire par une montée des qualifications requises dans les différents métiers du bâtiment et des travaux publics », prophétise le rapport.

Et de citer ces métiers impactés par les lois issues du Grenelle de l’environnement : « Architectes, couvreurs ou électriciens, les professionnels du bâtiment seront amenés à développer et adapter leurs compétences pour répondre aux nouvelles exigences environnementales ».

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Etudes, recherche et développement : quels salaires pour les cadres ?

Etudes, recherche et développement : quels salaires pour les cadres ?

« Le marché de l’emploi est très dynamique »

« Le marché de l’emploi est très dynamique »

Les travaux publics recrutent à tout va en Ile-de-France

Les travaux publics recrutent à tout va en Ile-de-France

« Chez Egis, 90 % de la conception de nos ouvrages seront en BIM d'ici à 2020 »

« Chez Egis, 90 % de la conception de nos ouvrages seront en BIM d'ici à 2020 »

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2933 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X