emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans le BTP

BTP : les start-up s’intègrent dans le secteur

 | par Laure Martin

BTP : les start-up s’intègrent dans le secteur
Le BTP est aujourd’hui impacté par l’arrivée des start-up
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Depuis une dizaine d’années, le secteur du BTP voit émerger un certain nombre de start-up. Positionnées entre les petites entreprises et les grands groupes, elles se font leur place sur le marché.
 
« Le BTP est aujourd’hui impacté par l’arrivée des start-up », rapporte Guillaume Bordeaux-Montrieux, directeur d’un cabinet de conseil en stratégie et en accompagnement des mutations, coach et formateur à l'ESTP Paris dans le cadre du parcours et de l'option Entrepreneuriat. Même si le secteur du BTP est relativement traditionnel avec des entreprises à dominante artisanale, qui fonctionnent par projet, les start-up sont parvenues à se faire une place.
 

Une réponse de l’ECTP

L’émergence des start-up date des années 2005, « mais ce n’était pas manière soutenue, analyse Guillaume Bordeaux-Montrieux. Il s’agissait surtout d’initiatives de personnes qui voulaient faire autrement. » Et de poursuivre : « Aujourd’hui, nous remarquons que les étudiants, notamment de l’ESTP, sont dans une logique d’entreprenariat. Ils manifestent une réelle envie de se lancer, c’est certainement lié à l’ADN même du secteur du bâtiment et à cette notion de création et d’aventure. »
En réaction, l’ESTP a souhaité accompagner les initiatives de ces jeunes car « on ne pouvait pas avoir des étudiants qui quittent l’école et qui montent des start-up sans les avoir accompagnés », soutient-il. Pour répondre à cette tendance qui émerge, l’ECTP a créé une option dédiée depuis l’année 2017/2018, générale à toutes les filières de l’école. La première année de sensibilisation est consacrée à l’exploration du système d’entreprenariat, la deuxième année s’organise autour d’un hackathon et la troisième année optionnelle sur l’entreprenariat au sens propre.
 

Une montée en puissance avec le numérique

Les start-up se font progressivement leur place dans le secteur du BTP. Certaines sont très traditionnelles, tandis que d’autres disruptives. « Certaines créées véritablement un autre marché, tandis que d’autres sont des accélérateurs de marché », rapporte Guillaume Bordeaux Montrieux.
Nombreuses sont celles qui surfent sur la vague de la digitalisation. « Mais en aucun cas elles ne cassent le marché, précise-t-il. Elles trouvent leur place, apportent un nouveau service mais ne sont pas destructrices des autres. Elles instaurent une concurrence de manière très performante au sein du secteur. »
A titre d’exemple, dans le BTP, le Building information modeling (BIM) est une révolution. Un grand nombre d’immeubles se construisent de cette manière. « Les start-up foisonnent dans ce domaine car il s’agit de manipulation de la donnée », explique Guillaume Bordeaux Montrieux. Les start-up trouvent une place dans le secteur via le numérique et permettent à l’ensemble des acteurs de s’imprégner de cette évolution et de l’arrivée des datas. Elles sont donc complémentaires. « Petit à petit, elles irriguent tout le secteur, indique Guillaume Bordeaux Montrieux. Tout est venu des étudiants, qui sont entrés dans cette démarche progressivement. C’est ce qui est intéressant et ce qui fait l’originalité des start-up dans le secteur. » 
 

Une intégration dans le secteur

Qu’en est-il de la perception des start-up par les grands groupes ? Ils s’y mettent aussi ! Le Groupe Vinci par exemple a créé l’Espace Léonard, une plateforme de prospective et d’innovation, qui accueille les start-up du monde du BTP. « Cette initiative permet à Vinci d’observer cette évolution du secteur, rapporte Guillaume Bordeaux Montrieux. Certaines start-up pourront d’ailleurs être intégrées au travail du groupe tandis que d’autres voleront de leurs propres ailes. » 
A l’opposé, les toutes petites entreprises s’intéressent aussi aux start-up qui leur proposent des solutions innovantes comme Hemea (ex-travauxlib), qui offre aux artisans la possibilité de trouver des projets. 
Les moyennes entreprises sont davantage spectatrices car elles n’ont pas les moyens d’investir dans les start-up et n’ont pas nécessairement l’opportunité de se saisir de leur offre. « Les start-up ont une approche pragmatique, proche du terrain, elles répondent à un besoin, ce qui leur permet d’irriguer tout le secteur », conclut Guillaume Bordeaux Montrieux.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2304 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X