emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

BTP : la reprise du secteur implique 200 000 recrutements

 | par 

BTP : la reprise du secteur implique 200 000 recrutements
Nous faisons tout un travail pour attirer les gens dans nos métiers, anticiper les changements à venir, réfléchir à ce que le secteur va devenir demain
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

La filière du BTP a essuyé quelques années difficiles. Mais depuis 2015, le secteur est en proie à une croissance visible qui n’était pourtant pas aussi prévisible.

En 2015, il y a eu une importante perte d’empois et de compétences, rappelle Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). Mais tout le travail que nous avons mené sur la visibilité de nos entreprises, nos maîtres d’ouvrage, a commencé à percoler. Avec le projet de loi mobilité, le conseil d’orientation sur les infrastructures, les assises de l’eau, nous sommes parvenus à expliquer au gouvernement le besoin de visibilité de la filière, et aux collectivités, la nécessité d’investir encore. » La reprise a débuté en 2016-2017 et a été encore plus marquée en 2018. « Aujourd’hui, on manque de compétences et de salariés », reconnaît Bruno Cavagné. 42 % des entrepreneurs ne parviennent pas à augmenter leur chiffre d’affaires car ils manquent de compétences dans tous les domaines : voieries, conducteurs d’engin, chefs de chantiers, ingénieurs.

Attirer les jeunes

Ce manque de compétences s’explique par la conjugaison de plusieurs facteurs avec des départs à la retraite qui n’ont pas été remplacés, des personnes licenciées qui sont partis dans d’autres secteurs d’activités. « Les difficultés de recrutement se ressentent beaucoup en région, fait savoir Bruno Cavagné, notamment dans les petites entreprises, car le chantier du Grand Paris est un aspirateur à main d’œuvre. Cela va prendre du temps. »  

La FNTP mène d’ailleurs une campagne de communication auprès des 13-18 ans pour qu’ils portent leur attention sur les métiers du BTP, concurrencés par l’armée ou l’aéronautique. « Nous faisons une campagne pour leur donner l’envie, indique le président de la FNTP. Notre objectif est de la mener sur plusieurs années afin de s’inscrire dans la durée. » Un partenariat a par ailleurs été conclu entre la FNTP, l’Education nationale et le ministère du Travail pour augmenter le nombre d’apprentis. « Notre objectif est aussi de faire connaître nos métiers et de changer l’image de notre secteur car nous avons besoin de 200 000 personnes dans les cinq ans à venir, c’est énorme », reconnaît Bruno Cavagné.  

Les métiers demain : réflexions en cours

La FNTP a lancé une étude prospective pour adapter les centres de formation aux besoins du secteur. « Nous observons que l’intelligence artificielle commence à entrer dans nos métiers, et nous constatons que d’autres métiers vont changer », rapporte Bruno Cavagné. Par exemple, le conducteur de drones est un nouveau métier qui va être utile pour le terrassement, de même que l’arrivée de voitures autonomes donc éventuellement de camions autonomes pose la question de la reconversion des conducteurs. Le travail sur les exosquelettes interroge aussi sur l’arrivée des robots dans le secteur. Les métiers de demain, en lien avec la sécurité et la modernité sont en train d’évoluer.

De même que le secteur parle de plus en plus du Building information modeling (BIM). « Nous faisons tout un travail pour attirer les gens dans nos métiers, anticiper les changements à venir, réfléchir à ce que le secteur va devenir demain et comment aider nos adhérents à mettre tout cela en perspective », fait savoir Bruno Cavagné. Et d’ajouter : « Tous ces nouveaux métiers peuvent attirer les jeunes. Il y aura toujours des métiers difficiles dans les dix ans à venir. Mais de nombreux chantiers et bureaux d’études vont faire de plus en plus appel à des capacités numériques et informatiques. De plus, nous travaillons aussi à l’international. Donc les jeunes qui veulent travailler à côté de chez eux le peuvent et ceux qui veulent partir le peuvent aussi. » Autre facteur d’attractivité : les compagnons touchent entre 20 et 40 % de plus que le Smic.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Une nouvelle formation dédiée à la conception des navires

Une nouvelle formation dédiée à la conception des navires

Besoin de compétences dans l'industrie aéronautique

Besoin de compétences dans l'industrie aéronautique

L’industrie dans le Top 4 des métiers qui recrutent

L’industrie dans le Top 4 des métiers qui recrutent

Grand Paris, quels emplois vous attendent ?

Grand Paris, quels emplois vous attendent ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

3180 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X