emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Recrutement dans le BTP

BTP : de belles perspectives pour les jeunes diplômés

 | par 

BTP : de belles perspectives pour les jeunes diplômés
Parmi les grands chantiers, celui du Grand Paris constitue un véritable pôle d’attractivité pour les jeunes ingénieurs
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Cette année encore, les diplômés des écoles d’ingénieurs s’insèrent sans difficulté sur un marché de l’emploi tendu.

Des diplômés recrutés avant même la fin de l’année, des rémunérations qui tendent à progresser… Les perspectives pour les diplômés de 2017 - 2018 sont au beau fixe. « Historiquement cela a toujours été le plein emploi pour les diplômés de l’école, même pendant la crise du BTP, tempère Nicolas Bazin, responsable compétences entrepreneuriales et stages à l’école supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) à Caen. Mais la tendance cette année est que les diplômés choisissent leur emploi et s’orientent où ils le veulent vraiment ». Ceux de l’école choisissent encore majoritairement (70%) de se diriger vers les travaux, 20% optent pour le domaine des études et les autres vont vers l’ingénierie d’affaires, le conseil, ou encore l’hygiène sécurité. « Ils cherchent du sens à leur travail avant tout : un intérêt technique, des responsabilités de management, un impact sur la stratégie ou le développement de l’activité de l’entreprise…. Ce sont des considérations qui viennent avant l’emplacement géographique du poste, ou le salaire », relève encore Nicolas Bazin.

Grands projets

Pour attirer les jeunes candidats, les entreprises revoient leurs rémunérations à la hausse. « Les gratifications des stagiaires se montent à environ 1000 euros nets par mois pour le projet de fin d’étude, car il y a de la concurrence entre les entreprises. Les salaires ont aussi tendance à augmenter, à 38k euros brut avec les primes », souligne Stéphane Ginestet, chargé des stages et des relations entreprises pour le génie civil à l’institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse. L’enseignant-chercheur remarque aussi que les entreprises embauchent majoritairement à nouveau en CDI, alors que les CDD étaient plus courants il y a encore trois ans.

Attractivité pour les jeunes ingénieurs

Parmi les grands chantiers, celui du Grand Paris constitue un véritable pôle d’attractivité pour les jeunes ingénieurs, issus d’établissements parisiens ou non, pour la technicité, la taille des ouvrages, l’ampleur des projets. 30% des jeunes diplômés de l’ESITC Caen sont ainsi partis travailler dans le bassin parisien. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles le taux de départ à l’international a tendance à rester stable d’une année sur l’autre. « Ils ont beaucoup d’opportunités à l’étranger, mais ils en ont en France aussi», remarque Jean-Philippe Etienne, directeur du développement et des relations entreprises à l’école spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie, ESTP Paris.

BIM et entrepreneurs

Si les entreprises sont friandes de jeunes ingénieurs, c’est qu’ils sont formés aux dernières techniques du marché comme le BIM ou le bâtiment durable. Autre sujet qui intéresse les recruteurs et les étudiants, l’entreprenariat. L’ESTP a démarré en 2017 un parcours dédié, constatant que près de 40 de ses anciens élèves avaient créé une entreprise au cours des trois dernières années. « Nous leur donnons des armes à la fois pour l’entreprenariat et l’intraprenariat. En effet, les entreprises cherchent des cadres avec des compétences en conduite du changement, en leadership, capables de développer des projets, de sortir d’un carcan… Il y a aussi un vrai bouleversement, on parle de chantier 4.0, de bâtiments et d’infrastructures connectés, de smart cities… Cette option permet à nos élèves de réfléchir autrement et aux entreprises de trouver des jeunes avec des nouvelles compétences », avance Jean-Philippe Etienne.

Les écoles se tournent aussi vers les sujets de demain, comme la ville intelligente, les nouveaux matériaux. « Le développement de capteurs dans les bâtiments, le stockage de l’énergie, ou encore les matériaux biosourcés sont des sujets qui vont prendre de l’ampleur. Nos enseignement sont très proches des demandes des professionnels, mais nous formons aussi les étudiants aux matières théoriques, pour qu’ils aient le bagage nécessaire pour se préparer aux changements de demain », indique Stéphane Ginestet.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Assurance : comment se porte le recrutement ?

Assurance : comment se porte le recrutement ?

Le groupe Auchan accentue la visibilité de ses annonces pour les travailleurs handicapés

Le groupe Auchan accentue la visibilité de ses annonces pour les travailleurs handicapés

BTP : quelle insertion pour les personnes handicapées ?

BTP : quelle insertion pour les personnes handicapées ?

La construction métallique va recruter 3000 personnes

La construction métallique va recruter 3000 personnes

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2901 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X